kine-osteo_table-de-massage-electrique

Quelles études pour devenir ostéopathe ou kinésitheapeute ?

Les métiers de kinésithérapeutes et ostéopathes

Ce sont des professions médicales similaires. Ils réalisent tous deux des manipulations sur les patients afin de soulager leurs douleurs, mais ils restent éloigner dans leur approche thérapeutique.

En effet, l’ostéopathe traite le patient dans sa globalité, alors que le travail du kinésithérapeute est essentiellement local et joue un rôle important dans le processus de rééducation. Deux fonctions différentes signifie également deux formations distinctes que nous allons détailler dans cet article.

 

Comment devenir ostéopathe ?

En 2015, l’accès au métier d’ostéopathe a été réformé par le ministère de la santé. La formation des ostéopathes a été durcie afin de devenir une formation de qualité, plus sélective. En effet, le nombre d’ostéopathe a fortement augmenté ces dernières années, mais le nombre de postes n’est pas suffisant pour répondre à cette accroissement rapide. La formation a donc été réglementé et les écoles doivent répondre à de nombreux critères.

Dorénavant, les écoles d’ostéopathe doivent posséder impérativement une clinique, afin que les étudiants puisse y pratiquer de réelles consultations sous la surveillance de leurs professeurs. Les heures de formations ont aussi connu un changement important, puisqu’il faudra assister à 4860 heures d’enseignement contre 2600 heures et réaliser 1500 heures de travaux pratiques en clinique, contre 700 heures auparavant.

Pour devenir ostéopathe, il est possible d’emprunter des voies différentes :

– Après le bac S de préférence, intégrer une école privée d’ostéopathie (réformé en 2015 comme expliqué ci-dessus) et obtenir le diplôme d’ostéopathe (DO). Le diplôme d’ostéopathe se prépare en 5 ou 6 ans. Les frais de scolarité sont à hauteur de 7000 à 9000 euros par année de formation, puisqu’il n’existe aucune formation publique pour accéder à ce métier.

– Obtenir un diplôme paramédical : kinésithérapie, ergothérapeute ou même infirmier et réaliser ensuite la formation en école d’ostéopathie en 3 ans avec une adaptation de l’emploi du temps pour les praticiens exerçants déjà leur métier.

– Suivre une formation de 2 ans et décrocher un diplôme inter-universitaire (DIU) de médecine manuelle-ostéopathie après avoir obtenu un diplôme en médecine.

Pour rappel, le métier d’ostéopathe consiste à soigner des dysfonctionnements et tensions du corps, notamment liés au problème de dos, mais les techniques d’ostéopathie s’avèrent également efficaces sur des problèmes digestifs, urinaires, ORL et gynécologiques. L’ostéopathe approche le patient dans sa globalité et réalise le diagnostic et les manipulations seulement à l’aide de ses mains.  L’ostéopathe doit donc posséder des qualités manuelles et une finesse dans le toucher pour pouvoir réaliser des manipulations subtiles. Le patient étant allongée sur une table de massage électrique ou hydraulique durant l’intégralité de la séance, il est important que celle-ci soit équipée d’une sellerie adaptée, qui résiste à la pression exercée par le praticien.

table de massage

L’enseignement théorique est centré sur des connaissances scientifiques et médicales avec des matières comme : l’anatomie, la biomécanique, la physiologie, la sémiologie, l’imagerie médicale etc. La pratique de l’ostéopathie structurelle, viscérale et crânienne vient plus tard dans la formation. Les élèves s’entraînent entre eux, mais ils réalisent également des stages dans des cabinets d’ostéopathie et effectue des consultations à la clinique rattachée à l’école.

Kinésithérapeute, les voies d’accès

Pour devenir kinésithérapeute, il faut être titulaire du diplôme d’État de masseur-kinésithérapeute. Il se prépare en 4 ans dans un institut de formations en masso-kinésithérapie (IFMK), le nombre d’années de formation étant passées de 3 à 4 ans en 2015. Pour accéder à la formation, il faut obtenir le PACES (la première année commune aux études de santé), la première année de licence sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS) ou la première année de licence dans le domaine sciences, technologies, santé).

Avant la réforme, les bacheliers avait la possibilité de rentrer dans des écoles préparatoires, afin de passer un concours sélectif centré sur les connaissances scientifiques. Cette voie d’accès est encore possible cette année, mais sera définitivement supprimée à la rentrée 2017 pour laisser place à la formation universitaire.  Intégrer un IFMK reste tout de même particulièrement sélectif puisque, comme souvent dans le domaine de la santé, l’accès est soumis à un numerus clausus, seuls les meilleurs élèves de chaque promotion sont admissibles. C’est pourquoi, les écoles des autres pays de l’union européenne moins sélectives et aux 3 années de formation (contre 4 en France), comme la Roumanie ou l’Allemagne, intéressent fortement les étudiants français.

Beautiful girl having stomach massage. Body care concpet in studio

Tout comme les ostéopathes, les élèves kinésithérapeutes suivent une formation théorique et des stages pratiques en parallèle et finissent leur études par la réalisation d’un mémoire.

Pour se spécialiser dans la kinésithérapie pédiatrique, gériatrique ou  sportive, il n’existe pas de formations spécifiques, c’est le parcours de l’étudiant, de par ses stages et ses ambitions qui définiront sa spécialité future.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *